netiko : créateur du site de petites annonces gratuites veux-veux-pas.fr

nos actionsenvironnement

ogm - argent plante.jpg

L'étiquetage et la traçabilité des OGM

29/07/2013

La traçabilité peut être définie comme la capacité de retracer le cheminement des OGM et des produits dérivés, à tous les stades de leur mise sur le marché, tout au long des chaînes de production et de distribution.

Produits génétiquement modifiés autorisés à la vente :

la réglementation européenne distingue les végétaux autorisés à la culture (en France, aucun, du fait du moratoire pris par le gouvernement) et ceux autorisés à la commercialisation, que l'on peut donc trouver dans différents produits alimentaires. Pour l'heure, seul le mail, le colza, le soja, le coton (utilisé pour des additifs ou de l’huile), les pommes de terre et le sucre de betterave peuvent être génétiquement modifié. Ces matières premières servent à fabriquer divers ingrédients : amidon, sirop de glucose, sauce de soja, lécithine de soja, protéine ou graisses végétales…


Détecter les ingrédients :

Les végétaux génétiquement modifiés sont présents dans les fourrages pour animaux mais quasiment absents de l'alimentation humaine. Étiquetage étant obligatoire et les consommateurs rejetant les OGM, les proches les professionnels tâchent de s'en passer. S'ils y ont recours, la mention « génétiquement modifiée » doit figurer après le nom de l'ingrédient considéré dans la liste d'ingrédients. Un opérateur ayant omis cette mention n'échappera la taxe à la sanction qu'à deux conditions : L’ OGM doit être présent en quantité inférieure 0,9 % de l'ingrédient considéré ; il doit prouver que cette absence est fortuite ou inévitable.


La mention sans OGM :

les OGM sont interdits dans les produits bio. Pour les aliments issus de l'agriculture conventionnelle, les professionnels peuvent, depuis l'été dernier, signaler qu'ils n'utilisent pas de matières premières transgéniques. La mention « sans OGM » à la suite d'un ingrédient signifie que celui-ci contient un maximum de 0,1 % d'OGM mais, en cas de contrôle, l'opérateur doit prouver que cette présence est fortuite et qu'il n'a pu l'éviter.
A noter qu'un ingrédient ne peut être signalé « sans OGM » que s'il en existe une version génétiquement modifiée autorisée à la vente en Europe. Les animaux d'élevage ou leurs produits, y compris les oeufs et le lait peuvent porter la mention « nourrie sans OGM » ou « issus d'animaux nourris sans OGM » suivi du seuil 0,1 % ou 0,9 %. Le professionnel choisi selon ce qu'il s'engage à garantir : soit moins de 0,1 % d'OGM ce qu'elle correspond au seuil analytique de détection, soit moins de 0,9 % qui le seuil réglementaire d'étiquetage.

revenir à la page "environnement"